Pinel 2017
Vous êtes ici : Accueil » Actus » Immobilier : après une année 2017 exceptionnelle, 2018 pourrait marquer un (...)

Immobilier : après une année 2017 exceptionnelle, 2018 pourrait marquer un haut de cycle

D 10 janvier 2018     H 10:58     C 0 messages


Partager sur Facebook94 Partager sur Twitter0 Partager sur Google+0 Partager sur LinkedIn0
agrandir

Les prix de l’immobilier frisent l’irrationnel

Evolution des prix de l'immobilier 2017/2016 La hausse des prix au m², entre 2016 et 2017, est de 4,2 % (+ 1,5 % en 2016 par rapport à 2015), impliquant un prix moyen de vente au m², en France, de 2.550 €. Les prix des appartements ont grimpé plus vite que ceux des maisons : + 4,9 % (3.385 € / m²) au lieu de + 3,7 % (2.143 € / m²) pour l’habitat individuel. À noter que la tendance s’est inversée par rapport à l’an dernier.

L’Île-de-France est la région qui a enregistré le plus fort taux de hausse en un an : + 5 %

(4.276 € / m²), alors que la province affiche une courbe de + 3,9 % (2.188 € / m²). La différence avec les chiffres de l’an dernier est spectaculaire : en 2016, la hausse n’avait atteint que + 2,1 % en Île-de-France (soit plus du double cette année) et + 1,3 % en province.

Bordeaux est la ville où les prix ont le plus augmenté : + 7,7 %. Paris arrive en deuxième position avec + 6,5 % ; le prix de vente au m² passant à 9.228 € dans la capitale.

L’évolution dans les autres grandes capitales régionales est de + 5,3 % à Lyon + 4,3 % à Nantes, + 3,9 % à Toulouse, + 3,8 % à Lille, + 3,3 % à Rouen, + 3 % à Rennes, + 2 % à Strasbourg, + 1,5 % à Marseille, + 1,2 % à Ajaccio. À Orléans, les prix n’ont pas évolué (+ 0,1 %) tandis qu’à Dijon, ils reculent même de 1%.

Des disparités importantes sur les prix de l'immobilier en France

Cette hausse est toutefois à relativiser si l’on inclut l’inflation. En effet, avec cette dernière, seule l’Ile-de-France sort en positif : la hausse en prix constants atteint + 10,5 % en 10 ans et + 1,5 % en 5 ans. En province, les prix en euros constants ont reculé de 3 % en 10 ans et de 1,7 % en 5 ans.

Les prix augmentent, le pouvoir d’achat immobilier diminue

Cette hausse des prix a logiquement provoqué un recul du pouvoir d’achat immobilier. Ainsi, dans le cadre de l’hypothèse de l’achat d’un logement de 60 m² à l’aide d’un emprunt sur 20 ans, le pouvoir d’achat recule de 5,1 m² à Bordeaux, de 4,5 m² à Paris, de 3,9 m² à Lyon, de 3,3 m² à Nantes, de 3,1 m² à Lille et à Toulouse, de 2,8 m² à Rouen, de 2,6 m² à Rennes, de 2,1 m² à Strasbourg, de 1,8 m² à Marseille, de 1,6 m² à Ajaccio et reste relativement stable à Dijon et Orléans.

Rechercher

Offre spéciale : 1.500€ offerts !

Simulation Pinel personnalisée